Tout savoir sur la maladie de hodgkin

Les causes à l'origine de la maladie de Hodgkin

L'origine de la maladie de Hodgkin

La maladie de Hodgkin est une pathologie qui touche le tissus lymphoïde, c’est une forme particulière de lymphome, c’est à dire un cancer du système lymphatique. Cette maladie va donc toucher les tissus qui contiennent les lymphocytes, autrement dit elle s’attaque à votre système immunitaire. C’est une maladie grave qui entraîne beaucoup de complications et dont malheureusement nous ne savons pas grand chose, nous allons néanmoins tenter de vous éclairer un petit peu sur le sujet.

La cause principale de la chronique de hodgkin

Si la réelle cause de la maladie est encore jusqu’ici inconnue, les chercheurs ont pu déterminer qu’un virus pourrait avoir une part de responsabilité dans le déclenchement de la malade de Hodgkin. Ce virus est le virus d’Epstein Barr (aussi appelé EBV), et c’est un virus que 90% des adultes vont/ont contracté dans leur vie.

Le Virus d'Epstein Barr responsable de la maladie de Hodgkin

La plupart du temps, le virus se contracte durant l’enfance, et cela n’a aucune influence apparente sur la santé de l’enfant car aucun symptôme ne sont visibles. Or si le virus est contracté à l’âge adulte, il peur provoquer une maladie sans gravité, la mononucléose infectieuse.

Si l’on pense que ce virus peut être en partie responsable du développement de la maladie de Hodgkin, c’est parce que les données relevées chez les malades indiquent que le virus Epstein Barr se trouvent dans 20 à 50% des personnes atteintes. Or, le virus EVB est très courant et la maladie de Hodgkin très rare, donc comment tirer de réelles conclusions à partir du rapport qui les unie ? Ainsi, la recherche se voue à comprendre comment le virus peut dans certains cas, développer cette maladie cancéreuse.

Les facteurs mineurs

Tout d’abord, il semblerait que l’hérédité joue un rôle important dans le développement du cancer de hodgkin. Pourtant, il est rare de pouvoir constater des cas familiaux de la maladie.

Il semblerait également que l’âge soit un élément clé puisqu’en étudiant l’âge des personnes atteintes, on constate rapidement qu’il existe deux tranches d’âge à risque. Les cas pendant l’enfance sont quasi inexistants, les occurrences augmentent pendant l’adolescence jusqu’à atteindre un pic chez les jeunes de 25 ans. Une fois l’âge à risque passé, l’incidence diminue très nettement jusqu’à un nouveau pic autour de la cinquantaine d’années. Ainsi, sans que l’on puisse réellement l’expliquer, il y a deux âges à risques qui semblent faciliter le développer de la maladie de Hodgkin.

Aussi, il semblerait que les hommes soient plus sujets à cette maladie, elle est beaucoup plus fréquente que chez les femmes : chez les hommes, on constate deux à cinq personnes atteintes sur 100 000 par an, alors que chez les femmes, l’occurence n’est que d’un à deux cas sur 100 000 par an. Cette répartition semble arbitraire, ou en tout cas si elle est causée par quelque chose, les scientifiques peinent à trouver ce qui cause cette importante différence entre hommes et femmes.

Diagnostiquer la maladie de Hodgkin

Pour diagnostiquer la maladie de Hodgkin, le moyen le plus simple et le plus efficace est d’effectuer biopsie ganglionnaire.

Diagnostiquer la maladie de Hodgkin avec une biopsie ganglionnaire

Or cela ne se fait pas tout de suite, vous allez devoir consulter votre médecin traitant, puis certainement un hématologue qui va vous faire passer les examens nécessaires au diagnostic puis vous suivra pour le traitement.
Vous allez devoir passer un bon nombre d’examens incontournables avant de commencer un traitement quel qu’il soit :

  • Un scanner de l’abdomen et du thorax, mais aussi des échographies du foie et de la rate, cela va permettre d’évaluer le développement des ganglions
  • Analyse de la biopsie ganglionnaire effectuée sous anesthésie locale
  • Une biopsie de la moelle osseuse pour déterminer l’avancée de la maladie
  • Une radiographie du thorax
  • Une analyse sanguine pour analyser vos taux de globules blancs etc.